Visu Medicament Est

Le CBD est-il un médicament ?

La législation relative au cannabidiol se veut dorénavant très claire : tous les produits à base de CBD sont autorisés à la consommation et à la commercialisation dans la mesure où ils sont issus des variétés de chanvre autorisées et où la teneur en THC n’excède pas 0,2%. Cela explique dans ce cas la prolifération de ces produits dans tout l’Hexagone, notamment dans les kiosques, les centres commerciaux, ainsi que les sites de vente en ligne. Cependant, du fait de ses propriétés thérapeutiques ainsi que de sa prise qui ne s’accompagne d’aucun effet psychotrope, le CBD peut-il être considéré comme étant un médicament ? Décryptage…

Tour d’horizon des propriétés thérapeutiques du CBD

Malgré sa nature, le cannabidiol (CBD) est différent de son cousin cannabinoïde, le tétrahydrocannabinol (THC), du fait qu’il n’est pas psychoactif et n’engendre aucun effet « planant » ou de « défonce ».

Ce composant actif du chanvre regorge de propriétés thérapeutiques et médicales influençant le système nerveux par le biais des capteurs endocannabinoïde CB1 ou CB2 : antivomitif, anti-inflammatoire, antipsychotique, anxiolytique, neuroprotecteur, anticonvulsif et antioxydant.

Son interaction avec ces capteurs régularise le système immunitaire et engendre une stimulation active des processus physiologiques ainsi que du métabolisme du corps humain. Cette interaction est de surcroît responsable d’une sensation d’euphorie et de bien-être réelle. C’est ce qui explique pourquoi le CBD atténue significativement l’anxiété et le stress, contribue à la relaxation musculaire et favorise l’endormissement.

À tout cela s’ajoutent l’action de cette substance active sur l’inflammation et le fait que le CBD réduirait la prolifération des cellules cancéreuses (cancer du cerveau ou du sein notamment). En stimulant chaque récepteur endocannabinoïde, le cannabidiol module la concentration et améliore le système cognitif en général. Ainsi, il peut inhiber la défaillance du système endocannabinoïde suite au stress, à une fatigue chronique ou à l’âge.

Au vu de tout cela, le CBD est une véritable cascade de bienfaits, malgré le fait qu’il est issu d’une plante qui est jusqu’à aujourd’hui considérée comme un stupéfiant. Attention cependant, le CBD peut laisser des trace de THC dans l’urine.

En France, seuls 2 produits à base de CBD sont aujourd’hui considérés comme « médicaments »

En France, les produits à base de CBD ne sont pas encore considérés comme étant de véritables médicaments, et ce, malgré leurs différentes vertus thérapeutiques et médicales. Les fabricants ainsi que les vendeurs ne sont pas en droit de revendiquer les effets bénéfiques de ces produits, sauf si ces derniers sont reconnus par l’Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ou la Commission européenne.

Il n’existe aujourd’hui que 2 médicaments à base de cannabidiol commercialisés en France dans des conditions très restrictives.

Expérimentation du cannabis médical en France dès 2021

Depuis l’Égypte ancienne, le cannabis fait office de plante médicinale. Malheureusement, du fait de sa prohibition, il n’a été que très peu étudié au XXe siècle. Bien qu’il possède de multiples vertus, il est toujours considéré comme illégal. Ce n’est qu’en 1992 que l’intérêt pour cette plante a rebondi avec la découverte de Raphael Mechoulam, un professeur de l’université de Jérusalem. Selon ce dernier : « le système des endocannabinoïdes joue un rôle dans pratiquement tous les systèmes physiologiques qui ont été observés ». Cette découverte a ainsi poussé de nombreux chercheurs à confirmer les différentes propriétés du cannabis médical, la molécule de CBD y comprise.

En ce qui concerne la France, cette dernière planifie pour l’année prochaine une expérimentation du cannabis thérapeutique. Cette dernière devait commencer ce septembre dernier, mais la crise sanitaire a bouleversé son calendrier. Ce test a déjà fait l’objet d’un décret spécifique publié dans le Journal officiel. Il se déroulera fin mars 2021 au plus tard et sera basé sur une étude de 3 000 personnes atteintes de pathologies aussi sévères que douloureuses (maladies incurables, épilepsie extrême, sclérose en plaques, cancers…) et pour qui les traitements classiques n’ont porté aucun fruit. Le but de ce projet est bien sûr de déterminer sous quelles conditions et formes le cannabis thérapeutique pourra être délivré et prescrit.

En d’autres termes, l’expérimentation donnera notamment à l’État français la possibilité d’autoriser l’usage thérapeutique du cannabis ainsi que ses dérivés (dont le CBD) sous la forme de produits conformes aux standards pharmaceutiques en vigueur. Les médicaments qui seront utilisés lors de ce test seront fournis par des producteurs étrangers qui en disposent déjà, la culture du cannabis thérapeutique n’étant pas encore autorisée dans l’Hexagone. Ceux-ci se présenteront sous forme d’huiles, de capsules ou de fleurs séchées.